Les cahiers de Malte Laurids Brigge, Rainer Maria Rilke

1910

« C’est donc ici que les gens viennent pour vivre ? Je serais plutôt tenté de croire que l’on meurt ici. » Malte Laurids Brigge n’est autre que Rilke lui-même à qui la découverte de Paris a inspiré ce journal où le spectacle de la ville fait surgir les souvenirs et les rêves entremêlés à la pensée de la mort et aux douleurs de la création. A lire aussi les Élégies de Duino.

Les cahiers de Malte Laurids Brigge, Rainer Maria Rilke

rilke2

Élégies de Duino – Sonnets à Orphée et autres poèmes, Rainer Maria Rilke

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *