La Régente, Leopoldo Alas, dit Clarin

1884

Enfin traduit en français le chef-d’oeuvre du roman réaliste espagnol ! La Régente est une autre Emma Bovary dans la ville de Vetusta, nom symbolique s’il en fut ! Anna, jeune femme énergique et romantique, souffre de l’étroitesse et de la mesquinerie de la vie provinciale ; elle traverse une crise de religiosité mystique, manipulée par un prêtre ambitieux qui s’éprendra d’elle. Anna se laisse séduire par un Don Juan de sous-préfecture avant de subir le mépris de ses concitoyens, gens « comme il faut », timorés et hypocrites. La Régente ou commet une vie peut être détruite par l’ennui et les conventions.

La Régente, Leopoldo Alas, dit Clarin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *