Les Yeux verts, Gustavo Adolfo Becquer

1870

Le plus grand et presque le seul véritable écrivain romantique espagnol. L’essence même du romantisme dans ses formes les plus pures et les plus profondes se trouve dans ces légendes : le fantastique, le « gothique », l’esprit désincarné, la dimension mortelle ; des ombres dans les cloîtres, des mains aux fenêtres ; le pressentiment, et non la vision, exprimé dans une prose transparente et poétique.

Les Yeux verts, Gustavo Adolfo Becquer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *